aller à la navigation

AN III D’IBK : Des efforts sapés par la crise sécuritaire septembre 22 2016

Infos : , rétrolien

Le Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar KéitaComme le disait un baron du Rpm (Rassemblement pour le Mali), parti présidentiel et majoritaire au parlement, l’heure n’est pas encore à un bilan complet du premier mandat du président Ibrahim Boubacar Kéita. Mais, on peut se permettre un regard rétrospectif sur ses trois années de pouvoir en comparant les ambitions du départ et les acquis du moment. À cet exercice, force est de constater que le défi sécuritaire reste tout entier. Redresser le Mali  en ramenant la paix, la sécurité et la stabilité ! Telle était l’une des fortes attentes du peuple malien en faisant massivement confiance à El Hadj Ibrahim Boubacar Kéita dit IBK investi le 4 septembre 2013.

S’il est prématuré de parler d’échec en la matière, il est évident que la situation est loin d’être satisfaisante. Décimés par l’Opération Serval de début 2013, les groupes terroristes reviennent en force comme une pieuvre aux multiples tentacules (cellules, satellites ou Katibas) hypothéquant le processus de paix et de réconciliation. Ce qui n’est pas surprenant d’autant plus que l’Accord signé en mai et juin 2015 ne donne pas toute la latitude aux Forces armées et de sécurité maliennes de quadriller l’ensemble du territoire national.

La situation de Kidal s’est totalement détériorée avec la visite, en mai 2014, du Premier ministre Moussa Mara, qui a remis en cause les maigres acquis de l’Accord de Ouagadougou (Burkina Faso) qui avait permis l’organisation de la présidentielle et des législatives sur tout le territoire national par une présence tolérable de l’Etat et de ses symboles dans la capitale de l’Adrar des Ifoghas. Kidal demeure le dernier bastion du terrorisme à cause de son occupation par des narcotrafiquants en connivence avec des groupes signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation (Hcua et Mnla). Une connivence dénoncée cette année par la Minusma et la France, mais qui continuent pourtant à protéger ce jeu trouble qui, quelque part, arrange leur business dans le nord du Mali.

Une situation qui a récemment amené un confrère à rappeler que «la crise malienne persiste simplement parce que ceux qui disent vouloir nous aider ne sont pas sincères et nos autorités n’ont tellement pas le choix. Ce qui nous reste, c’est rester soudé, prier et attendre». Un constat, hélas, d’une pertinence inouïe. Ce qui est plus inquiétant, c’est que le Mali est en train de perdre le centre après Kidal. En effet, ces derniers jours, plusieurs postes de gendarmerie et militaires ont été attaqué à Boulekassi, Gawa, Wô, Bandiagara, Mopti, Sy, San et Ségou par des bandits et mercenaires à la solde des narcoterroristes…

À l’image du carnage de Nampala (Ségou), en juillet dernier, les Forces armées et de sécurité subissent chaque fois de lourdes pertes en vie humaines et des dégâts matériels importants. Depuis des mois, l’administration a déserté le cercle de Tenenkou où les services sociaux de base tournent au ralenti. C’est la conséquence des attaques du groupe terroriste Ançar Dine à travers ses Katibas du sud et du centre, affrontements communautaires.

 

Des politiciens pyromanes qu’il faut neutraliser

Ces dernières semaines, les ressortissants du cercle se sont démagogiquement mobilisés pour obtenir «un renforcement des effectifs sécuritaires, mais aussi des services sociaux de base». Et pourtant, ce sont les manœuvres dilatoires et politiciennes des leaders des mêmes ressortissants qui exposent les Forces armées et de sécurité dans cette zone, qui est en train de devenir un véritable bourbier pour elles.

Ils poussent la démagogie et la mégalomanie jusqu’à justifier et défendre la création des groupes d’autodéfense dont l’une a revendiqué la dernière embuscade qui a fait trois morts dans les rangs des FAMA. C’est dire que la crise sécuritaire du pays se nourrit aussi de la traîtrise de certains politiciens qui ont occupé ou occupent des hautes responsabilités institutionnelles comme président de l’Assemblée nationale ou celui de la Haute Cour  de justice. Comment peut-on tomber si bas juste pour des intérêts politiques égoïstes ?

Quelque part, IBK et son gouvernement sont comptables de cette situation par leur incapacité à rappeler ces crocodiles à l’ordre voire de les poursuivre pour trahison. Il est temps de pendre le taureau par les cornes en rappelant à l’ordre aussi bien nos supposés partenaires que ces Satans, pardon supposés leaders communautaires au frais à Bamako, tout en manipulant leurs populations par des fausses informations ou en accablant nos soldats et forces de sécurité. Les progrès face au défi de la sécurité vont réellement déterminer le niveau de satisfaction du bilan que le président IBK va présenter aux Maliens dans deux ans.

L’exécution de son projet de société est tributaire du niveau de sécurité. La détérioration du climat de sécurité a aujourd’hui un impact négatif sur tous les secteurs (agriculture, commerce, élevage, tourisme…) dans le nord et le centre du Mali.

Et, sur un plan général, c’est l’insécurité qui sape tous les efforts de développement entrepris jusqu’ici par IBK et ses différents gouvernements. Son rétablissement engloutissant des moyens colossaux, qui auraient pu être investis dans les services sociaux de base, il est temps d’œuvrer à maîtriser la situation pour qu’elle ne pourrisse pas davantage. Le pouvoir doit vite se donner les moyens de reprendre la situation à son compte pour éviter une contagion générale !

Dan Fodio


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 76 articles | blog Gratuit | Abus?